1. Alternative Montessori, 2.Education Alternative

Le geste d’écriture

 
Le geste d’écriture
alternative-montessori.com
 

Ce dimanche matin, j’écoutais France Inter, plus précisément l’émission 
« les Savanturiers » animé par Fabienne Chauvière. Ce jour là, elle accueillait le neuroscientifique Stanislas Dehaene, l’émission était passionnante!

J’ai retenu cet extrait : 
« Je suis stupéfait de voir à quel point Maria Montessori a eu des intuitions fulgurantes dans le domaine de la lecture et beaucoup d’autres domaines également de l’education. La recherche a démontré que les enfants qui tracent les lettres et qui les suivent du doigt apprennent mieux et retiennent mieux les correspondances graphèmes/phonèmes et aussi font moins de confusion en miroir » Stanilas Dehaene

L’émission en question : 

 
 

Qui est Stanilas Dehaene?

Stanislas Dehaene est professeur au collège de France , c’est un expert reconnu des bases cérébrales, des opérations mathématiques, de la lecture et de la conscience. Plus simplement, il étudie où et comment les chiffres et les lettres, les calculs et les mots circulent dans notre cerveau.Il a découvert que dès la naissance, sans le moindre apprentissage, les bébés ont le sens du nombre. Nous sommes donc tous dotés d’intuition numérique.Stanilas Dehaene a découvert également que tous les lecteurs ont la même architecture cérébrale et que l’écriture s’est adaptée à la structure du cerveau. 


Bibliographie : 

Les Neurones de la lecture s’ouvre sur une énigme : comment notre cerveau de primate apprend-il à lire ? Continent celte invention culturelle, -trop récente pour avoir influencé notre évolution, trouve-t-elle sa place dans notre cortex ? Voici qu’émerge une nouvelle science de la lecture. Tandis que l’imagerie cérébrale en révèle les circuits corticaux, la psychologie en dissèque les mécanismes. Ces résultats inédits conduisent à une hypothèse scientifique nouvelle. Au cours de l’acquisition de la lecture, nos circuits neuronaux, conçus pour la reconnaissance des objets, doivent se recycler pour déchiffrer l’écriture – une reconversion lente, partielle, difficile, qui explique les échecs des enfants et suggère de nouvelles pistes pédagogiques. Qu’est-ce que la dyslexie ? Certaines méthodes d’enseignement de la lecture sont-elles meilleures que d’autres ? Pourquoi la méthode globale est-elle incompatible avec l’architecture de notre cerveau ? Utilise-t-on les mêmes aires cérébrales pour lire le français, le chinois ou l’hébreu ? La lecture subliminale existe-t-elle ? Autant de questions auxquelles Stanislas Dehaene, spécialiste de la psychologie et de l’imagerie cérébrale, apporte l’éclairage des avancées les plus récentes des neurosciences.

 

 « Comment faisons-nous pour lire ? Au cours des vingt dernières années, la recherche scientifique sur le cerveau et la lecture a progressé à grands pas. Nous disposons aujourd’hui d’une véritable science de la lecture. Toutefois, ces recherches restent méconnues du grand public et, surtout, des premiers concernés : les parents et les enseignants des enfants des écoles primaires. Nous avons écrit ce livre avec un objectif bien précis : que les connaissances scientifiques sur les neurosciences cognitives de la lecture soient diffusées et mises en pratique dans les écoles. Nous espérons également avec ce livre que les parents trouveront un plaisir plus grand encore à comprendre l’esprit de leurs enfants, à suivre leurs progrès en imaginant les étonnantes transformations qui se produisent dans leur cerveau et à prolonger le travail de l’école à la maison par des jeux pertinents. Un seul objectif doit nous guider : aider l’enfant à progresser pour qu’il devienne un lecteur autonome, qui lit autant pour apprendre que pour son plaisir. » S.D.
Source France Inter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.