1. Alternative Montessori

La mode Montessori…

Voilà quelques temps que je n’ai pas écrit d’articles sur ce blog… pour diverses raisons et notamment celles que j’ai d’autres activités. (entre autres l’ouverture de l’Institut Pinsons,  (je me sens obligée de préciser qu’il ne s’agit  pas d’une école Montessori), ou encore ma formation universitaire en neurosciences.)

Aujourd’hui, je décide d’écrire donc….ou plutôt de réagir sur ce phénomène de mode Montessori.

« Ah ! Maria Montessori se retournerait dans sa tombe » lit-on parfois sur les blogs ou les groupes facebook…

Il est vrai que nous assistons depuis quelques années, à une déferlante de livres ou autres, estampillés Montessori sur les étagères de nos libraires. Force est de constater que dans ces livres, il y a de tout…du bon et du moins bon, sinon du mauvais ou du très mauvais. Et par conséquent, il existe donc cette tendance à condamner fermement ce phénomène de mode sans pour autant qu’un apport critique constructif y soit associé. Il est certainement plus confortable de stigmatiser une mode, plutôt que d’informer et d’interroger « le pourquoi » des actions d’un public en attente de ces méthodes « clés en main » qui nourrissent l’illusion que l’enfant est « un vase qu’on remplit » d’éducatif. Il est donc visiblement plus facile de s’offusquer sans apporter une quelconque critique…Cette critique, sans demi-mesure, permettrait-elle de faire-valoir les intérêts de certains autres ?

Cependant, il serait juste d’avoir un esprit critique sur ce phénomène, car foncièrement cela à des avantages et des inconvénients. Et pour ma part, j’ai choisi d’informer via ce site et de partager quelques pistes de réflexions.

Car comme dans tout phénomène de mode, il y a des avantages et des inconvénients.

Il est indéniable que ce phénomène de mode ait permis de faire connaître les travaux de Maria Montessori au plus grand nombre en France. Sachez, qu’il y a encore quelques années, il y a seulement 10 ans, hormis les livres traduits de Maria Montessori, il était bien difficile de trouver des informations en français. Il existait qu’un seul forum internet qui réunissait les intéressés et qui se réunissaient en groupe d’achat pour faire venir du matériel d’Allemagne, sinon pour le fabriquer.

Ainsi cette démocratisation a permis de faire connaître la pédagogie mais aussi d’avoir accès à du matériel plus facilement. Cette démocratisation a également permis l’émergence d’une réflexion sur la place de l’enfant aujourd’hui dans la famille et dans la société ; autrement dit sur la question sociale de l’enfant et donc dans l’école, comme en témoigne la multiplication des écoles Montessori ces deux dernières années. Cet élan semble être plutôt une bonne chose, vu le contexte actuel où la « liberté d’enseignement » est plutôt une « liberté sous condition »…

Cependant, un des inconvénients dans ce phénomène de mode est que la pédagogie Montessori est présentée par certains, comme une « méthode clé en main qui va faire lire tous les enfants dès 4 ans et révolutionner l’école « . Comme si en saupoudrant les enfants d’un peu de Montessori (avec parfois une option « sauce neurosciences », il y aurait beaucoup à dire sur cette option…..), on allait créer un « miracle éducatif immédiat ». Et bien entendu, en occultant le cadre socio-culturel qui sous-tend la politique éducative d’un pays…

Ceux qui se lancent dans une application « clé en main » en ayant des attentes immédiates seront malheureusement déçus… Car non, il ne s’agit pas d’une méthode « clé en main » aux résultats immédiats et fulgurants…

montessori

Le business Montessori … et les « experts-coach-formateurs-Montessori« 

Alors effectivement aujourd’hui, il y a un aussi un business, avec des personnes qui se proclament « experts-coach-formateurs-Montessori » . Ces « coach Montessori » qui ont découvert la pédagogie en faisant une semaine de formation au mieux ou en ayant lu un livre de vulgarisation au pire, mais sans avoir pratiqué, ni observés ou encore jamais côtoyés d’enfants ou avoir eu une démarche profonde de recherche. Ils pullulent partout sur le net et dans les associations (ou ils créent même des entreprises : business is business), mais le problème est qu’ils affirment des choses qui sont des aberrations, ils survolent la pédagogie tout en profitant des  parents…

Ces auto-proclamés « experts-coach-formateurs-Montessori-en-parentalité » savent bien qu’un parent en recherche d’informations, ne fera pas forcément la différence au premier abord, entre ce que cet expert-coach raconte et ce qu’une personne réellement informée peut dire en nuance. Et si vraiment, ces experts-coach ne le savent pas, alors l’effet Dunning et Kruger s’applique ici…

J’ose espérer qu’ils ne leurrent pas longtemps et pas tout le monde! Oui, tout ça me laisse perplexe…et au-delà de la mode, il y a donc le business éducatif où le parent est ainsi volontairement réduit à un consommateur de « méthodes clés en main »,  tout en étant culpabilisé de ne pas savoir ou de s’y prendre mal, et en ne prenant pas en compte qui il est…Mais, ne l’oubliez pas, chers parents, vous êtes le premier éducateur de votre enfant et vous faites du mieux que vous pouvez … si c’est toujours fait dans la bienveillance !

Les « jeux Montessori »

Aujourd’hui, de nombreuses entreprises vendent des produits estampillés « Montessori », ils les vendent comme des « jeux », parfois sous forme de fiches à télécharger avec des activités éducatives lambdas, des poutres du temps avec des 30 Février et des célébrations d’anniversaires comprenant des erreurs… Mais le pire, selon moi, reste que les auteurs de ces produits prouvent d’eux mêmes qu’ils n’ont rien compris à l’approche Montessori…ni même cherché à connaître l’origine . Ils reproduisent des éléments pris (pour ne pas dire volés) sur des blogs…qu’ils n’ont même pas compris…

Personnellement, tout cela me dérange, car je trouve que ce business trompe les parents.

Certes, il y a Montessori et « inspiré de » et il suffit juste de le préciser, mais certains le cachent bien!

Par ailleurs, je ne suis pas contre le fait de faire évoluer le matériel et/ou d’avoir une autre proposition sur l’utilisation de celui-ci, et je ne suis pas contre le fait de créer des « outils » d’inspiration, mais il faut être cohérent…

Par exemple, quand j’élabore des outils, je fais la distinction entre le matériel Montessori et les outils d’inspiration Montessori et les outils qui ne rentrent pas dans ce cadre n’y sont pas assimilés. Dans mes créations cela est toujours précisé. Les outils qui entrent dans le « cadre » Montessori sont cohérents et sont comme une extension de celle-ci dans le but d’accompagner l’enfant qui serait en demande.   Je m’appuie sur mes formations et ma démarche de recherche pour créer des outils cohérents et réfléchis que ce soit pour mes outils sur L.A.B.O. ou pour les livres que j’ai publiés aux éditions Nathan ou Eyrolles (dans les livrets, j’insiste sur l’importance de l’attitude de l’adulte, qu’il ne s’agit pas de « simples » outils mais d’un véritable accompagnement construit.)

maria

Les interprétations

Je conçois bien qu’il puisse être difficile de s’y retrouver…entre toutes ces informations que l’on trouve sur les livres, sur internet, sur les blogs d’activités, sur les groupes facebook, en formation …chacun à sa propre interprétation, c’est vrai.

De l’application d’une pédagogie, où Maria Montessori est quasiment érigée au rang d’icône religieuse, dont certains en adoration, sont scandalisés quand la Tour Rose n’est pas rose mais plutôt parme, (j’extrapole à peine…)  à une application plus hasardeuse qui finalement ne ressemble plus à du Montessori ni de près ni de loin….

Il y a aussi ceux qui pratiquent ce que je nomme le « Materiel-ssori », où le matériel, devenu objet précieux (faut dire que les prix pratiqués par les entreprises « sponsors officiels » Montessori les classent au rang de produits de luxe) , est utilisé comme tel, sans que la philosophie (et donc l’attitude de l’adulte) soit associée, comprise ou acquise.

Si on s’intéresse à une pédagogie, on puise l’information à la source : on lit Montessori et on s’intéresse également au contexte historique.  On peut (j’ai bien dit « on peut »!) aussi se former dans des centres de formation qu’on choisit en fonction de ses objectifs, de sa propre démarche et sa propre volonté…. et auquel cas il faut considérer qu’il s’agit d’un investissement, et cela prend du temps.

Mais certes, il n’est pas évident de s’y retrouver, c’est pourquoi en 2012, j’avais proposé en ce sens l’article « Montessori par où commencer », j’avais ajouté quelques conseils de lecture.

J’ai fait la démarche (et c’est un choix volontaire) de suivre plusieurs formations dans divers centres, et je peux vous assurer que les interprétations de la pédagogie sont bien différentes.

Montessori c’est une pédagogie scientifique, ne l’oublions pas… Et l’attitude scientifique est celle de la prudence, de la remise en question, de l’hypothèse, du doute et également de l’évolution…

Je suis très critique… je suis passionnée mais je n’ai jamais été dogmatique. Aujourd’hui, je porte un regard différent sur cette pédagogie et son application, néanmoins, je considère que Maria Montessori était portée par des convictions et des croyances fortes.

Sa pédagogie a apporté un nouveau regard l’enfant, considéré dès lors comme une personne à part entière, dans la famille et la société. Pour cela, ses apports en sciences de l’éducation et dans l’Histoire de l’éducation sont véritablement importants.

Il est cependant nécessaire de replacer la pédagogie de Maria Montessori dans le paysage du début du XXe !

Je finirai par ce que je répète tout le temps depuis bien longtemps « Il n’y a pas une méthode, il y a un enfant ».

Adeline.

Coin Lecture :

Maria Montessori :

Autres auteurs:

Retrouvez-moi sur Facebook !

(16) Comments

  1. Bonjour Adeline,
    Merci pour cet article concis sur la « mode Montessori » :)
    Je partage totalement ton point de vue sur les interprétations de la pédagogie Montessori.
    Je suis prof des écoles et il est parfois difficile de trier le bon grain de l’ivraie sur les informations qui circulent sur internet (notamment). Merci pour ton travail !
    Caro de La Salle des Maitres

  2. Merci pour cet article qui remet bien les choses en place : il faut distinguer cette « mode » (que j’ai bien envie d’appeler Montessorisme) à la pédagogie en elle-même… et rappeler qu’une pédagogie n’est ni une méthode clé en mains, ni un « outil magique » qui va soudainement rendre nos enfants plus heureux/intelligents. On en oublie souvent l’essentiel : la posture de l’adulte comme observateur, qui adapte ses propositions en fonction des besoins de l’enfant.
    Bref, j’aime beaucoup ton article, et je suis tombée dessus en cherchant des informations pour rédiger le mien sur un thème similaire, serais-tu d’accord pour que je te cite (évidemment, je mettrai ton blog dans les sources !)

    1. Merci Marine de partager ton point de vue :)
      Bien évidemment, tu peux citer mon article !

  3. De Laportaliere Mireille says:

    Merci pour votre travail

  4. Bonjour,
    Merci pour ce regard que je partage.
    Juste pour vous prévenir que dans vos liens du coin lecture de MM, il y a deux fois l’éducation et la paix et que l’éducation dans la famille renvoie à l’esprit absorbant sur amazon…

    1. Merci! :)

  5. Fanny says:

    J’ai beaucoup aimé l’article.

    Après plusieurs livres, plusieurs recherches d’informations sur la pédagogie, j’ai choisis de mettre mon fils dans une école Montessori. Seulement je me suis vite rendue compte que toutes les écoles ne se valent pas et je regrette amèrement de l’avoir mis dans cette école, alors qu’une autre (toujours Montessori et toujours aussi proche du domicile que l’autre) convenait cent fois mieux à mon fils… J’ai l’impression d’y avoir perdu mon argent car cette école aux allures de « cimetière » (eh oui je n’exagère pas du tout) n’a pratiquement rien apporté à mon fils et j’ai été prévenue beaucoup trop tard des éventuels problèmes de comportement, résultat… Plus aucune place dans l’autre école (bien + vivante et + respectueuse du désir d’expression de l’enfant) ! Merci aux éducatrices qui nous ont laissé sans aucun autre choix que de le mettre dans l’école publique du secteur (je ne critique pas mais je n’affectionne pas cette école particulièrement).

    Alors un seul conseil… Prenez bcp de patience et de recul pour choisir votre école Montessori. Toutes les écoles ne se valent pas… Je dirais même : toutes les éducatrices/éducateurs ne se valent pas. Une éducatrice va interpréter la pédagogie a sa manière, certaines vont même appliquer aveuglément ce qu’elles ont appris et ne vont montrer aucune souplesse…

    Moi personnellement je trouve qu’à 3 ans (voire 2 ans et demi) : commencer par une matinée de 2h30 non-stop sans récréation, sans aucune possibilité de motricité (uniquement de la motricité fine bien entendu) mise à part le fait de se lever de sa chaise lors du changement d’activité par l’enfant, je trouve ça illogique. Ca convient sûrement à certains enfants mais généralement à un jeune âge comme 3 ans, la motricité pure est indispensable.

    1. Merci pour ce témoignage Fanny.

  6. Dominique says:

    J’ADORE !!!
    Merci pour cette article et oui, moi aussi j’aime la conclusion.
    Ca m’a fait un tres grand bien de vous lire ce matin.
    J’ai la meme pensée et je suis grandement en réflexion ces temps ci.
    Je suis une passionnée de pédagogie…..et petit à petit je réalise que ma passion est plus axée vers l’environnement de l’enfant. Instaurer un environnement où l’enfant explore, découvre, imagine et cré à son image. Développer la créativité et l’imaginaire de la petite enfance. Observer l’enfant et lui fournir le matériel dont il a besoin pour s’épanouir dans sa personnalité bien à lui, pour qu’il évolue à son rythme, mais surtout dans la joie et développer un coeur heureux et joyeux.
    Laissons la petite enfance à l’enfance :)

    1. Merci :) Et oui Dominique c’est bien ça « Laissons la petite enfance à l’enfance :) »!

  7. Intéressée says:

    Merci pour cet article que je trouve particulièrement intéressant. Je trouve dommage qu’il ne soit pas possible de faire un copier-coller d’un extrait pour accompagner le lien sur Facebook.

  8. sophie says:

    Bonsoir Adeline

    Merci pour cet article très intéressant et avec de belles photos de Maria Montessori ;)
    Quelles formations, de quels centres, avez vous suivi svp?
    j’ai un projet de lieu d’accueil montessori et j’adhère totalement.

    1. Bravo pour le projet d’accueil Montessori ! :)
      Toutes les informations concernant mon parcours sont sur mon site http://www.adelinecharneau.com

  9. karine_ says:

    Que je l’aime cet article et cette conclusion, parfaite! ;-)
    Je ne comprendrai jamais que sur des pages Facebook ouvertes à tous d’inspiration Montessori on agresse certains parents qui montrent leur manière de faire avec leur enfant sous prétexte que ce ne soit pas du Montessori pur.
    Alors, oui, ce n’en est pas mais je trouve aussi louable qu’un parent s’interroge sur son enfant, qu’il cherche à créer des outils qui lui sont propres pour l’aider à évoluer.
    Simplement parce que, pour moi, Montessori c’est avant tout de la bienveillance envers l’enfant mais aussi envers l’autre même si c’est un adulte ;-)

  10. Une chose est sûre, Maria Montessori n’était pas vegan ! (OK je sors ^^)

    1. Oui Laetitia! Tu ne crois pas si bien dire, j’ai vraiment choisi cette photo dans le seul but de souligner le contexte historique! Car quel éducateur -qui- aujourd’hui, oserait porter une fourrure de renard autour du cou! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.